L'Empire déchiré

Un jeu de rôle basé sur le concept de Warhammer dans un univers modifié et largement complété.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Neufs de pâques 3: Jonas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Neufs de pâques 3: Jonas   Mar 30 Mar à 19:41

Jonas sortit lentement de sa cabine, sa jambe de bois résonnant sur les planches de son navire. L’équipage s’attela avec d’autant plus d’ardeur à la tâche, le bruit caractéristique des pas de leur capitaine avait envahit depuis des années leurs inconscient, il faisait naître en eux deux sentiments pourtant clairement distincts : la crainte d’être violemment réprimandé et la bienveillance paternel d’un capitaine envers ses hommes.

Le Capitaine de la « Perle bleue » était réputé pour sa dureté et son intransigeance, il se montrait extrêmement violent quand un de ses hommes commettaient une erreur, il ne rigolait jamais avec eux et n’éprouvait ni pitié ni condescendance quand ils étaient en difficultés. Seuls les plus anciens des pirates de la « Perle bleue » avaient eu le droit, à de très rares moments, à une remarque agréable ou un sourire, cela suffisait néanmoins à les rendre fier des semaines durant. Mais il fallait bien passer dix années sur la Perle pour cela. Quand le capitaine Jonas arrivait sur le pont, un silence lourd de tension s’installait, les bouteilles de Rhum se dissimulaient et les discussions cessaient, seul le claquement de la jambe de bois sur le pont rythmait alors la vie des pirates.

Jonas était pourtant un capitaine infiniment respecté par ses hommes, car si un seul de ses pirates était en danger, il risquait immédiatement sa vie pour lui venir en aide. Jamais lors d’un combat, un membre de la Perle n’a été abandonné, quand bien même cela mettait en péril le navire tout entier. Ils étaient Pirates. L’homme était certes glacial et colérique envers son équipage, mais tous sentait l’amour paternel qu’il leur portait et ils lui vouait une confiance et une dévotion totale. Ils appartenaient à une solide famille dont nul épreuve ne saurait défaire les liens, cette famille portait le nom de « Perle Bleue ».

Le capitaine saisit sa longue vue et regarda en direction du navire qui approchait. La grossièreté de la coque et les manœuvres atrocement lentes qu’effectuait ce dernier indiquait clairement l’identité de son propriétaire : Calnus, le commerçant Aquilonien. Jonas soupira, voila deux semaines qu’il escortait les différents navires de la guilde du commerce d’île en île. La tâche était ingrate pour un pirate, mais la récompense était importante et la Perle avait grand besoin d’être restaurée. Il avait pris seul la décision d’accepter ce contrat. Ses hommes n’avaient point relevé le caractère quelque peu navrant de la mission, car tous voyaient leur unique foyer se décomposer peu à peu et ils savaient qu’il fallait prestement gagner d’importantes sommes d’argent pour le réparer.

Cette mission était quasiment sans danger. Ils avaient combattus quelques bandits des mers pour défendre les navires commerçants mais ils n’avaient subit aucune pertes. Ce n’était que de simples brigands qui avaient trouvé un bateau et s’en servait uniquement pour s’enrichir. Jonas secoua la tête en se remémorant les brefs affrontements qu’ils avaient eus. Etre Pirate n’est pas donné à tout le monde.

Calnus et ses compères considéraient tous les marins armés comme des pirates, leur ignorance était pardonnable, ils n’étaient pas des vrais enfants de la Grande bleue et ne pouvaient pas comprendre ce que cela signifiait. Les commerçants comme les brigands prenait leurs navires pour gagner de l’argent, quand cela était fait, ils retournaient sur terre et en profitait. Ils voyaient la tempête comme une importante contrainte qui leur faisait perdre de l’argent, quand le vent venait fouetter leur visage, ils ne pensaient qu’à la vitesse que cela leur ferai gagner ou perdre.

Pour les pirates, la Grande Bleue était le seul et unique foyer, nul autre n’était envisageable. Une mère si puissante et si vaste qu’ils lui vouaient tous une fascination infinie. La tempête faisait battre leur cœur et le vent était une douce caresse bienveillante qui les amenait là où il le souhaitait. La meilleure sensation pour un pirate était de se laisser guider par les vents, dans une direction inconnue où quelque soit les épreuves qu’ils devront affronter, ils le feront avec envie et passion, car munit de leur Code et d’une bonne bouteille de rhum, parcourir le monde était la seule vie qu’un pirate pouvait accepter.

Calnus ne comprenait pas cela, peu de gens pouvaient le comprendre. Ils n’appartenaient pas au même monde et ne le pourrait jamais. Le commerçant pensait à s’enrichir, Jonas et ses hommes ne pensaient qu’à une chose : baiser la Grande bleue autant que faire se pouvait et mourir dedans comme il y était né, bouclant ainsi le cycle d’un frais Fils de la Mer. Le navire marchand entama une manœuvre grotesque en vue d’approcher les pirates. Jonas replia sa longue vue et s’exprima d’une voix calme et posée :
- Tribord toute, manœuvre d’approche lente et distante.
Les hommes s’activèrent immédiatement sur le pont. Le capitaine ne criait plus ses ordres depuis des années déjà, il lui suffisait de briser le silence pour que tout le navire s’active dans l’instant. Au bout d’un certain temps, un équipage pirate évoluait en symbiose totale avec le bateau, plus besoin de consigne, de regard ou de réflexion. Chacun avait un rôle bien définit qu’il remplissait à la perfection, la redoutable efficacité d’une famille liée par un amour sans borne à leur navire. Jonas ne vérifia pas la précision de la manœuvre que la « Perle Bleue » effectuait, il pouvait jurer les yeux fermés de sa perfection. Ils approchèrent ainsi le navire commerçant, sur lequel l’équipage s’agitait frénétiquement dans une confusion indigne de la mer qu’ils arpentaient.

Les deux navires finirent par se coller l’un à l’autre, Calnus sortit de sa cabine, la panique se lisait sur son visage.
- Capitaine Jonas ! Capitaine Jonas ! Il nous faut partir prestement !
Jonas adressa des regards à deux membres de son équipage qui allèrent aussitôt donner certaines consignes implicites. Le capitaine s’approcha ensuite du commerçant et lui fit signe de continuer.
- Un grand malheur nous guette, capitaine, les navires de Bretle et Corintas ont été détruit ! Seuls quelques survivants sont revenus à travers la tempête ! Leurs témoignages sont terrifiants. Ils parlent d’une flotte immense de barbare assoiffée de sang, ils ont été massacrés sans autre volonté que celle de tuer, Bretle transportait de nobles famille, il a demandé grâce mais les femmes ont été violées puis éventrée une à une au dessus de l’eau ! La peau des hommes prisonniers a été minutieusement enlevée et collé sur les coques de leurs navires ! Il nous faut fuir vers l’Est, capitaine ! La flotte sera bientôt sur nous.

Jonas fronça les sourcils, il connaissait bien la région, Bretle et Corintas naviguaient à l’Ouest, à une trentaine de milles tout au plus. Or aucune flotte pirate ou tout autre n’arpentaient cette partie de la Grande Bleue en cette période. Il regarda le visage gras couvert de transpiration du commerçant. Il paniquait et son équipage, n’ayant que lui comme référence, faisait de même. La voix du capitaine pirate resta parfaitement calme et apaisa un instant les pauvres marins du navire marchand.
- Une flotte dîtes-vous ?
- Oui, capitaine, ceux qui ont survécu nous parles d’innombrables bateaux aux voiles marrons. Elle est toute proche d’ici, il faut partir au plus vite !
Jonas acquiesça.
- Vous avez raisons, prenez de l’avance et faîtes sortir vos rames, rejoignez l’île de Gentura, elle est bien protégée.
- Nos rames ? Mais le vent souffle vers l’Est.
Le capitaine pirate soupira de nouveau.
- Faites comme bon vous semble.
- Capitaine !
La vigie de la perle se tordait le dos du haut de son mat pour parler à Jonas. Celui-ci leva les yeux vers elle et fit signe de la tête de continuer.
- Voiles à l’horizon, nombreuses, elles viennent vers nous.
- Combien ?
- Je… je ne sais pas compter autant.
Jonas se tourna vers l’Ouest et déploya sa longue vue. L’horizon tout entier n’était que voile marron et coque en bois, il acquiesça, la mine sombre. Son bras droit se porta à sa hauteur pour recevoir les ordres, il dévisagea son capitaine et sourit en interprétant, comme lui seul pouvait le faire sur ce navire, l’expression sur le visage lugubre de l’homme qu’il secondait depuis plus de quarante année.
- Activos, fait armer la Perle.
- Oui, capitaine.
Le Second adressa de brefs regards à quelques hommes d’équipage et tous s’activèrent sur le bateau. Calnus les regarda faire un instant avant de revenir à Jonas.
- Que faîtes-vous, capitaine ? Il faut partir !
- Partez tant que vous le pouvez encore. (Il se tourna vers le commerçant) Mais cette mer est notre foyer et nous sommes les enfants du vent, nous ne laisserons pas des femmes innocentes se faire tuer sur la Grande Bleue sans que cela reste impuni.
- Mais… ils sont trop nombreux !
- Les pirates ne comptent pas, Calnus, seul le vent décide de ce qu’ils font.
Le capitaine de la Perle Bleue se désintéressa du commerçant et prit son éternelle position derrière la barre. Sa voix se fit plus forte et une vive lueur passionnée anima les regards des pirates de son navire.
- Hissez les voiles, bande de manant ! Nul n’est censé ignorer la colère des Pirates !

Calnus regarda, incrédule, la Perle bleue filer à toute allure dans la direction opposée. Le commerçant fronça les sourcils et regarda sa propre voile, le vent venait de tourner, il soufflait désormais fortement en direction de l’Ouest. Il gloussa en adressant un dernier regard à la Perle Bleue et donna l’ordre de faire sortir les rames.

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Mar 30 Mar à 19:53

ouai mais il est mauvais car il est mort...


mais en fait fait ça me plait moins si on doit affronter des barbares lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Mar 30 Mar à 21:05

ça commence a faire beaucoup de choses qui se passent à "l'ouest" scratch

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Mer 7 Avr à 19:05

Jonas se réveilla doucement au rythme des vagues qui ballotait le navire sur lequel il se trouvait. La douleur le submergea immédiatement et il voulut crier pour se soulager, mais il constata avec horreur que sa langue ne se trouvait plus dans sa bouche.

La mémoire lui revint alors à travers les spasmes de douleur.

La Perle Bleue avait percuté la flotte en son centre, ils avaient coulé le premier bateau dés l’impact et aborder le deuxième dans le même élan. Jonas n’avait jamais vu de navire pareil. Ils ne possédaient aucune voile et n’avançaient qu’à la force des trois rangés de vingt rames qui le propulsait de chaque côté. Leur vitesse était impressionnante et les béliers, présents sur l’avant de chacun d’entre eux, faisaient d’énormes ravages. La Perle, coincé au milieu de leur flotte, avait pu en faire la sinistre expérience. Cependant Jonas avait déjà vu de tel navire à l’œuvre, même s’ils se faisaient rares sur la Grande Bleue. Ce qui l’avait profondément marqué, outre les voiles d’un marron sombre et intimidant, était sans aucun doute les nombreuses couches de peau séchée qui revêtait chaque coque des innombrables vaisseaux de cette flotte tout droit sortie de l’enfer.

Il avait d’abord cru a des peaux de bêtes que l’on avait accroché là au nom d’un rituel barbare, mais les évènements qui avaient suivit avait dénoncé toute l’horreur qui habitait ces… créatures.

Son équipage avait massacré rapidement celui du navire qu’ils avaient abordé. Le capitaine Pirate avait alors eu le temps d’observer la constitution de leurs vaisseaux, elle restait relativement primaire et ressemblait fortement à celle de certains navires utilisés sur le continent il y a plus de deux siècles. Trois rangée de rameurs étaient ainsi disposé sur trois étages décalés et activaient leurs longues rames en rythme pour propulser leur lourd navire, ils étaient nus et sans arme, au nombre de cent vingt par vaisseaux, ils avaient constitué des proies faciles pour ses hommes qui s’en étaient donner à cœur joie. La vraie difficulté avait été la cinquantaine d’indigène armés qui occupait le pont. Ils s’étaient avérés coriace et les pirates avaient été obligés de subir une ou deux pertes.

Mais à peine remonté sur la Perle, que deux navires les avaient rapidement percutés, les béliers avait explosé la coque de chaque côté et Jonas avait été contraint d’ordonner immédiatement d’aborder l’un des deux navires. Là encore les pirates avaient pris le dessus, mais les vaisseaux des indigènes s’étaient collé les uns les autres, et en quelques minutes, une véritable armée leur était tombée dessus. Son équipage s’était battu jusqu’au bout mais chaque pirate avait été assommé un par un. Jonas n’avait pas encore compris pourquoi leurs vies étaient ainsi épargnées…

Il s’était réveillé, enchaîné, deux solide indigène l’avaient saisit par les bras et maintenu debout. Le navire sur lequel il se trouvait alors était immense, probablement le plus grand que le vieux capitaine pirate ait pu voir, son pont s’étendant sur plus d’une centaine de mètre, il était également le plus terrifiant. Le bois qui le constituait avait été peint entièrement en noir, l’odeur qui s’en dégageait était atroce et Jonas dut retenir plusieurs élans d’estomac à son réveil. Son équipage était là, tous solidement enchaîné et entouré par des indigènes massifs. Cependant en les observant, Jonas constatait que ce n’était pas de simples indigènes. Ceux qui l’avait combattu avait le teint bronzé et possédait une fine musculature ainsi qu’une taille moyenne. Ceux-ci étaient des vraies montagnes de muscles, entièrement nue et recouvert, comme le bateau, de cette couleur noire et malodorante, ils avaient le crâne rasé et le visage atrocement mutilé : des bout d’os traversaient leurs joues, leurs nez et leurs bouche de toute part. Ils étaient encore plus terrifiants que la flotte qu’ils semblaient dirigés.

Car Jonas ne s’y trompait pas, ils se trouvaient bien sur le vaisseau mère de cette flotte. Tout les autres navires, rendues ridicules par la taille de celui-ci, l’entouraient et avançaient à son rythme. Le capitaine pirate pensait être au sommet de l’horreur quand le maître de ce navire sortit sur le pont. Il revêtait une armure de plate complète d’une couleur noire si vive et si belle qu’elle en semblait irréelle. Son visage ne possédait pas les traits caractéristiques des indigènes qu’il commandait. Il aurait pu être natif d’Hyboria ou d’un royaume du centre du continent, si ce n’était cette couleur de peau d’un blanc immaculé et ces yeux entièrement noirs dont la sombre lueur trahissait une intelligence et une folie certaine. Une longue cape noire virevoltait dans son dos, sans pour autant dissimuler la grande épée, noire également, dont l’imposante lame dentelée brillait d’un éclat inquiétant. Quatre indigènes femelles l’escortaient. Leur corps pulpeux présentés entièrement nues était recouvert de tatouages étranges dont la signification échappait au pirate. Jonas ne put retenir un hoquet de stupeur en voyant des scarabées noire de la taille d’un poing de balader le long de leurs peaux. Elles avaient une apparence véritablement repoussante que l’expression emprunt de folie de leurs visages rendait diaboliques.

L’homme en armure regarda tour à tour chacun des pirates prisonniers pendant que les femmes déambulaient parmi eux. Un profond frisson de terreur parcouru Jonas quand l’une d’elle ouvrit la bouche et lécha lentement le visage de l’un de ses hommes. Ses dents étaient toute taillées en pointe et sa langue avait été soigneusement découpée en plusieurs fourches qu’elle s’empressa de faire frémir sur la joue du pauvre homme. Les autres possédaient les mêmes attributs et prirent un vicieux plaisirs à « gouter » ainsi la peur des pirates.

Le capitaine de ce bateau s’avança vers Jonas et s’exprima dans le langage commun des navigateurs avec une voix puissante emprunt d’un fort accent qui dénotait le manque de pratique de cette langue.

- Je suis Krugen, le commandant de cette flotte. Tu es un pirate (l’homme sourit), ils sont les plus agréables à briser.
-
Jonas réunit son courage et répondit d’une voix qu’il aurait voulut plus ferme.

- Je suis Jonas, capitaine de la Perle Bleue, tu peux prendre nos vies, fils de chien, mais c’est dans l’honneur que nous rejoindrons la Grand Bleue !

Le capitaine pirate put sentir la fierté chez les hommes de son équipage, la peur s’atténua quelque peu… l’espace d’une poignée de seconde.

- Ton nom n’a plus d’importance, pirate, tu appartiens à ce navire désormais. Quand à ta vie, nous ne la prendrons pas, tu supplieras de pouvoir nous l’offrir, et quand tu comprendras que je ne te ferais pas cet honneur, ta propre mort sera l’unique et dernier souhait sur lequel tu concentreras tout ce qui te reste de force.

Le sourire de Krugen était emprunt d’une telle assurance que Jonas ne put que déglutir en guise de réponse. Le commandant de cette sinistre flotte s’éloigna alors de lui et se dirigea vers une étrange structure. Les pirates furent contraints de le suivre.

La structure était faite de bois également et incrusté dans le navire. Il s’agissait d’un grand tonneau tel que ceux dans lesquels ont entrepose l’alcool. Haut de trois mètres et large de six, il était relié à la cabine du commandant par un long tuyau ouvert en bois, situé à un mètre de hauteur du pont.

Sur un ordre amusé du commandant, les pirates furent allongés au sol et maintenu fermement, de telle sorte qu’ils ne puissent esquissez le moindre geste. Puis l’enfer commença.

Jonas fut le seul épargné, mais ce fut également le seul à ne pas suffisamment souffrir pour prendre pleinement conscience du spectacle qui se déroulait sous ses yeux.

D’autres femmes, comme celle qu’il avait vu, les rejoignirent, munit de diverses outils. Elles enlevèrent méticuleusement la peau de chacun de ses hommes, ces derniers avaient beau hurler et se tortiller dans tout les sens, les femmes accomplirent leur sinistre besogne en un temps relativement court, trahissant une expertise qui plongea Jonas dans un état second. Tous ses hommes étaient encore vivants, même si certain perdait beaucoup de sang, la couche de peau qui leur avait été prélevés n’était pas suffisante pour les faire mourir, mais suffisante pour que la douce caresse du vent sur leurs corps à demi ouvert leur arrache à tous de longs râle de douleur. Le spectacle était effrayant et le capitaine pirate aurait bien aimé pouvoir tomber inconscient. Mais il vit deux indigène installer un escalier menant au sommet du tonneau, puis il ne sut contenir un cri d’horreur, en voyant des centaines de scarabées noires, tels que ceux qui vivaient sur le corps des femmes à l’allure démoniaque, parcourir à une vitesse folle le long tuyau de bois pour pénétrer en masse à l’intérieur du tonneau. En observant la nuée défiler devant lui et rentrer intégralement dans la structure en bois, Jonas se livra à un sinistre calcul et déduisit qu’ils devaient avoir rempli le tonneau au tiers.

Ses hommes d’équipages furent ensuite conduits par groupe de cinq sur les escaliers et jeté à l’intérieur du tonneau. Les hurlements atroces et les coups résonnant sur la paroi en bois scellèrent la résistance du capitaine qui laissa couler de nombreuses larmes le long de ses joues.

Le silence qui s’imposait au bout d’une vingtaine de seconde à chaque fois réduisit Jonas à l’état de loque. Il sanglota durant de longues minutes en voyant tout ses hommes, tout ceux avec qui il avait vécu, toute sa vie, disparaître sous ses yeux en hurlant jusqu’à ce que leur gorge se remplissent de ces bêtes immondes, le tout sous les rires terrifiants des jeunes femmes qui dansaient autour.

Le carnage fut bientôt terminer. Krugen s’avança de son pas lourd vers lui et Jonas regarda avec horreur la structure en bois. Il cria de toutes ses forces :

- Non ! Non ! Je vous en prie… Non ! Tuez-moi !..... Tuez-moi, je vous en supplie (les sanglots rendaient son flot de parole presque inaudible.)… tuez-moi avec votre épée…….

Krugen sourit et s’adressa aux indigènes qui le maintenait au sol.
- Mettez-le avec les autres capitaines.
Le pirate sombra dans l’inconscience.

Jonas fut brusquement ramené à la réalité par une vive douleur qui lui tendit tout le bras. Il voulut crier mais l’absence de langue ne lui fit produire qu’un grognement rapidement noyé par le sang dans sa bouche. Le capitaine pirate ouvrit les yeux et distingua un mouvement sur sa gauche.

L’une des horribles femmes qu’il avait vu dans ce qui lui semblait avoir été un cauchemar se pencha, la tête en bas, en agitant une langue tout juste tranchée au dessus de sa bouche. Jonas comprit qu’il s’agissait de la sienne et détourna la tête quand la créature la dégusta lentement en se léchant les doigts.

Sa vue s’éclaircit alors et il put comprendre qu’il était attaché à la coque du bateau par de lourde chaine. Il regarda rapidement autour de lui et frémit de terreur en voyant, sur tout le long de la coque noire, des dizaines de cadavres en décomposition, attaché comme il l’était. Le navire amiral en était entièrement recouvert et le pirate vomit face à cette atroce vision. La douleur le relança fortement dans le bras droit, une douleur qu’il percevait car elle surpassait toutes celles que son corps subissait en ce moment. Il tourna la tête et vit une autre femme, suspendu elle aussi par-dessus le bastingage, croquer et arracher l’un des doigts de sa main avant de le mâcher avec délice. Il manquait déjà plusieurs phalanges au capitaine qui éclata dans un sanglot emprunt d’un désespoir infini. Il regarda la mer défilé sous lui et pria de toutes ses forces que la mort vienne bientôt le soulager.

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Mer 7 Avr à 19:06

Je tiens à signaler que j'ai eu une enfance très heureuse et que je n'ai rien tuer quelque chose de plus gros qu'une araignée.....



PS: Ne tenter pas de reproduire ce qui est décrit dans le récit au dessus chez vous Evil or Very Mad

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Mer 7 Avr à 19:19

o tu t'es fait violer et eventrer quqnd t'etaias petit.

mais la du coup les Neufs ils representent un peu le chaos sur conan, genre violent, en masse, et deguelasse

sinon on en a deja rencontre un de mec tout pale, les yeux noirs, avec une armure de plaque noire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Jeu 8 Avr à 2:12

Ah ouais ça donne pas très envie !

ça fait penser à un mélange de secte du néant + secte des 5 éléments, en pire.

Je suis pas très impatient de devoir les combattre Surprised
En tout cas j'espère que la guilde réussira rapidement a récolter des infos sur ce qu'ils sont, et sur leurs points faibles.... Car la, psychologiquement parlant, je sens que ça va pas être évident dep rendre l'ascendant ^^



Sinon y'a un truc un peu louche dans ta description:

Citation :
Jonas n’avait jamais vu de navire pareil. Ils ne possédaient aucune voile et n’avançaient qu’à la force des trois rangés de vingt rames qui le propulsait de chaque côté. [...] Cependant Jonas avait déjà vu de tel navire à l’œuvre, même s’ils se faisaient rares sur la Grande Bleue. Ce qui l’avait profondément marqué, outre les voiles d’un marron sombre et intimidant, était sans aucun doute les nombreuses couches de peau séchée qui revêtait chaque coque des innombrables vaisseaux de cette flotte tout droit sortie de l’enfer.

Y'a une double contradiction !

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Jeu 8 Avr à 9:23

- 5000 xp pour la remarque désobligeante

oui oui y a bien contradiction il ne a déjà vu, mais j'ai pas relu le texte je l'ai écris au boulot et envoyer dés ke je suis rentré, dsl


Sinon c'est vrai qu'en terme de prise d'ascendant psychologique, là Jonas il a prit sa leçon

Mais faut pas faire attention, ils ont l'air comme ça... mais en fait c'est des vrais tarrés

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Jeu 8 Avr à 12:11

moi des krugen je m'en fait 3 au petit dej.

En fait le probleme c'est pas forcement lui. Bien qu'il soit sans doute tres fort, y'en a des betes sur le contnent, le probleme c'est leur nombre.

et sinon ouai ressemblance avec les deux sectes. Mais d'ailleurs la scete du neant a fait tout un rituel la dessus. Peut etre ya un lien entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Jeu 8 Avr à 19:05

c pas faux

surtout que là le gars il est seul à la tête de cette flotte, et que y en a 9 en tout Shocked

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   Jeu 8 Avr à 19:31

moi je propose on devrait elire 4 autres membres fondateurs de la guilde, comme ca on est 9. du coup les autres vont se poser pleins de questions, faire des recherches, alors que c de la merde, et hop l'ascendant psychologique est fait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neufs de pâques 3: Jonas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Neufs de pâques 3: Jonas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des écrans CRT neufs ?
» jeux GAMECUBE neufs emballés
» Avatars Joe Jonas (a)
» [Animation du lundi de Pâques-Clos] La chasse aux oeufs
» Joyeuses Pâques !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire déchiré :: Récits :: Histoire-
Sauter vers: