L'Empire déchiré

Un jeu de rôle basé sur le concept de Warhammer dans un univers modifié et largement complété.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le tournant de la guerre du Zingara ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 2:38

Chapitre premier : La trahison


Zingara, paradis des aventuriers, terre regorgeant de richesses, de trésors et de mystères, est en proie à une terrible guerre civile.
L'actuel Prince de Zingara a été trahis par son cousin. Ce dernier s'est rendu coupable d'atrocités sans noms, et est aujourd'hui à la tête d'une horde de mercenaires afin de faire un coup d'état.

Le jeune Prince est un homme droit et bon, dont le seul défaut est d'avoir accordé sa confiance à son cousin pendant trop longtemps.

Le terrible cousin du prince a pactisé avec la guilde des 2 gorilles, et a même été jusqu'à organiser en secret l'enlèvement de la petite sœur du Prince pour accomplir de sordides rituels sacrificiels. Heureusement, un groupe d'aventuriers débutants, mais psychologiquement puissants, a déjoué ce complot, et révélé la trahison du cousin au grand jour. De la est né une terrible guerre civile. Le cousin a pu rassembler une somme d'or exorbitante, dont l'origine est encore inconnue, ce qui lui a permis d'enrôler une armée de mercenaire dont la taille n'a d'égale que celle de ma bite.

Et c'est ainsi que les combats commencèrent

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 2:52

Second chapitre : Des combats à armes.... inégales


Chaque camp avait ainsi rassemblé ses forces. D'un coté, le Prince et l'armée de son pays, composée de loyaux soldats qui se battent pour protéger leurs familles de la cruauté du cousin. De l'autre, le traitre et ses innombrables mercenaires assoiffés de sang.

Ainsi, des forteresses furent occupées de part et d'autres, des fronts se constituèrent, et les combats commencèrent à faire rage dans le nord ouest du pays.

Le cousin pris rapidement l'avantage car les combats n'avaient pas lieu à arme égale. Il avait enrôlé, pour une véritable fortune, des chevaucheurs de Rhinocéros qui faisaient des massacres dans les rangs du Prince. De plus, ses soldats étant en infériorité numérique sur chaque front.... le prince fut obligé de continuellement battre en retraite.

Outre l'or à foison que possède le cousin, ce dernier est doué d'un talent de négociation et de manipulation qui lui a permis de corrompre des généraux du Prince et des nobles du pays afin d'amoindrir les forces du Prince, de salir sa réputation, et de faire croire au peuple que sa cause était juste, et que c'était a lui que devait revenir le pouvoir.

Le début de cette guerre civile tourna donc en faveur du traitre.

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 3:17

Troisième chapitre : un rayon de soleil dans un ciel orageux


La situation du Prince était critique, et le moral de ses troupes n'était pas au beau fixe. Les fiers combattants du Prince perdaient sans cesse du terrain, et les conditions devenaient chaque jour de plus en plus difficiles: de moins en moins de ravitaillement, plus assez de nourriture pour les soldats.

Dans ce chaos, l'un des projets du Prince redonna cependant une once d'espoir à ses hommes. En effet, sous l'impulsion d'une aventurière, il avait décidé de créer un corps de soldats d'élite: des archers polyvalents, capables de s'adapter à toute situation de combat, et même de gérer le corps à corps. Ils étaient menés par la jeune capitaine Deyab, dont le maître mot était l'organisation.

une fois les entrainements achevés, Deyab et ses 160 hommes partirent sur un front. A eux seuls, et forts de leur stratégie, ils remportèrent une victoire écrasante face à 300 barbares du Cousin, en ne déplorant aucun mort. Cette petite victoire, symbolique face à la dimension de la guerre, permis cependant de prendre le contrôle d'entrepôts de nourriture afin de ravitailler bon nombre de soldats du Prince. Cette victoire permis également de redonner la foi à quelques soldats, en leur rappelant qu'ils se battaient pour une cause juste, et que la force du coeur est aussi importante que la force du bras.... même si au final, tout ce qui compte, c'est une stratégie adaptée... et une bonne organisation.

Mais cette victoire fut suivie..... d'une longue période d'inactivité. Le général qui gérait le front était corrompu, et refusait de faire combattre ses hommes. Deyab du donc prendre la lourde décision de fuire le campement, accompagné par un autre capitaine et ses 600 épéistes, en contredisant la hiérarchie militaire. C'est ainsi qu'elle mena son armée vers les fronts plus au nord, pour essayer de porter assistance au Prince. Le général fut furieux, et envoya ses soldats aux trousses des déserteurs..... mais d'âpres négociations, à base de flèches dans la tête, finirent par convaincre les soldats du général, corrompus sans le savoir, de rebrousser chemin, en évitant ainsi un bain de sang entre personnes du même camp.

Les deux capitaines traversèrent donc la foret pour rejoindre le front nord.... une tache hardue puisque celle ci était contrôlée par Trebor, le chef barbare, à la tête d'une armée de plus de 3 000 hommes.

Fort heureusement, un commando d'élite, mené par le mercenaire Croneg, assassina Trebor en pleine nuit, et créa ainsi la confusion dans son armée, ce qui permis aux soldats de passer la foret en ne livrant que quelques combats..... et en laissant derrière eux plus de 500 cadavres de barbares.... et 22 cadavres d'archers.


Deyab et ses hommes arrivèrent ainsi dans une forteresse, près du front nord....

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 3:40

Quatrième chapitre : le départ


Deyab avait rejoint une petite forteresse, accompagnée par ses archers et 200 soldats du Prince. La situation ici n'était pas des plus joyeuses. Un peu plus loin, le Prince et d'autres généraux ne cessaient de reculer face aux Rhinocéros montés, contre lesquelles ils n'avaient pas les armes pour rivaliser.

Mais la mission, en ce lieu, était de reprendre une ancienne forteresse du Prince, aux mains de 700 mercenaires du cousins, bien entrainés.
Les vaincre en étant moitié moins qu'eux n'allait pas être une tâche facile pour Deyab. Elle entrepris donc la construction des légendaires Mantelets de Guerre Bossoniens (muhahah), mais peu avant la bataille, elle fit l'heureuse rencontre (mais rien ne se fait par hasard) du capitaine Cav Erne, fils du Seigneur Largnan, dont le royaume n'est qu'à quelques jours de marche de cette forteresse.

Ainsi, Cav Erne et Deyab unirent leurs forces, et ne firent qu'une bouchée de ces 700 mercenaires.... l'armée du seigneur Largnan étant très bien organisée.

S'en suivi, au lendemain de la bataille, une rencontre entre le seigneur Largnan, Babar le barbare, Jacques Coeur et Paella de la Vega.... qui força Deyab à quitter le pays pour une mission de la plus haute importance.... mais cela, c'est une autre histoire.

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 4:06

Cinquième chapitre : le retour à point nommé


Une fois la mission achevée, Deyab retourna sur le front nord, plus forte psychologiquement que jamais. Elle avait a présent l'appuie d'une guilde derrière elle.

La situation du front ne s'était pas arrangée pendant son absence. Les hommes du Prince avaient encore perdu du terrain, et le général (libéré d'un camps de prisonniers lors de la 1ere mission "pyramide") avait du battre en retraite dans une forteresse, accompagné de ses 1000 hommes restants, complètement épuisés.

Ils allaient être les victimes d'un siège imminent de 3000 hommes du cousins et de plus d'une 20aine de rhinoceros montés.... mais la n'était pas la place de Deyab. Elle décida de laisser une poignée de ses archers sur place, pour aider à la défense de la forteresse et harasser les assaillants, et appela la guilde de l'ascendant psychologique à la rescousse, afin que des stocks de nourriture et une assistance militaire soit apportés, pour que cette forteresse puisse tenir le plus longtemps possible.

Ainsi, Deyab se mis en marche vers le campement du Prince, avec ses 100 archers restants et ses porteurs de mantelets.

L'accueil du Prince ne fut pas très chaleureux.... il fut même indigeste. En effet, sa nourriture avait été empoisonnée par un assassin envoyé par le Cousin. Des guérriseurs sont parvenus à maintenir son état stable et à le garder en vie... mais à ce moment, il était dans le comat, et ce encore pour de longs jours.


Ce campement regroupait toutes les forces du Prince restantes, à savoir 8 000 hommes épuisés, mais loyaux et bien entrainés.... Mais que peuvent des hommes quand leur chef de guerre et leur raison de se battre n'est plus..... Et quand les forces adverses reviennent à la charge, toujours plus nombreuses ?

La situation était pire que jamais. Plus aucune troupe ne génait la progression du cousin, et si nous n'agissions pas vite, ses armées allaient passer par un col et quelques vallées et avoir un libre accès à l'ensemble du pays. Il pourra alors marcher sur la capitale et mettre un terme à la guerre.

Les trois généraux du camp étaient d'accord pour envoyer le plus d'hommes possibles pour tenir ce col et ces vallées. La stratégie à l'ordre du jour était pour le moins extreme: sacrifier toute la cavalerie contre les rhinocéros, pour avoir une chance de les immobiliser et de pouvoir les neutraliser par une charge de lanciers. Les pertes allaient être enormes, et la supériorité numérique du cousin était telle que cette stratégie était extremement risquée.

Les derniers soldats du Prince risquaient d'êtres vaincus, et le dernier rempart bloquant le contrôle du pays au cousin serait ainsi abattu.

A tout cela s'ajouta la nouvelle que l'armée du cousin allait encore être renforcée.... puisqu'il avait enrôlé, pour une somme d'or astronomique, l'armée sombre, ce terrible groupe de mercenaires des royaumes noirs, composés de 1000 guerriers légendaires et craints, car jamais ils n'ont perdu une bataille.

Laisser faire les choses rimerait avec signer l'arrêt de mort du Zingara.... il était donc urgent de trouver un plan pour sauver le pays.

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 4:27

Sixième chapitre : le plan


Le plan actuel ne convenait pas au capitaine Deyab. Le prince avait du battre en retraite lors de tous les affrontements précédents, pourquoi cette fois serait-ce différent?
Il fallait quelque chose de nouveau, un élément de surprise, quelque chose d'osé, capable de faire pencher la balance du bon coté....

Et Deyab fini par imaginer un plan. Celui ci consistait en deux points: un appât, et un piège.

L'appat était de faire croire au cousin, le plus habilement possible, que le camp du Prince était plus affaibli que jamais, et qu'une attaque sur ce camp signerait directement la fin de la guerre et la mort du Prince, en train d'agoniser. Il fallait qu'il croit que ce serait une victoire facile, et que nous n'étions pas de taille à les affronter. En effet, si la force militaire était le point fort du Cousin, le fait qu'il soit si sur de lui et de sa supériorité était son point faible.

Cette phase fut menée en travaillant activement sur plusieurs fronts. Tout d'abord, en simulant la désertion d'un des trois généraux du camp et de ses soldats, pour montrer que tout le camp et les forces du Prince tombaient en lambeaux. Ensuite, en envoyant des éclaireurs en mission de reconnaissance vers l'armée du cousin, et en faisant croire aux eclaireurs que la situation dans le camp est vraiment chaotique, pour qu'il en soient intimement persuadés. Ainsi, si certains d'entre eux se font capturer, ce qui est fort probable, ils nous "trahirons" sous la torture, en divulgant que le camp est faible.
Ensuite, les relations de la guilde de l'ascendant psychologique ont pu faire courir des rumeurs afin de suggérer au cousin d'attaquer le camp.
Et enfin, un travail minutieux de chasse aux espions et aux éclaireurs fut fait pour éviter que le Cousin puisse être informé que tout ceci était un appât... et qu'il cachait un piège.


Le piège, quand à lui, était de profiter du temps que nous allons économiser en ne défendant pas les cols et vallées, et en utilisant les 8000 paires de bras du camp pour préparer, en secret, le terrain pour la future bataille.


Les négociations furent difficiles, et le conseil du camp fut très réticent vis à vis de ce plan car, à juste titre, il était très risqué. En effet, si le cousin refusait d'attaquer et faisait marche directement vers la capitale, il n'y aurait rien pour l'en empêcher. Mais les compétences en psychologie de Deyab finirent par donner raison à son argumentation, et son plan fut finalement adopté. un groupe d'hommes fut néamoins envoyé dans les cols pour harasser les troupes du cousin, les ralentirs, et améliorer par la même occasion la crédibilité de l'appat.


_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 5:19

Septième chapitre : le combat


L'appât avait fonctionné. Deux semaines plus tard, le Cousin se tenait en effet avec presque toute son armée, en vue du camp du Prince.

Les forces rassemblées par le cousin étaient impréssionnantes. Des milliers de mercenaires barbares venant des royaumes noirs, plus de 2000 soldats de son armée personnelle.... et certainement de nombreux rhinocéros, même si ils ne se montraient pas encore.


Du coté du Prince, c'était la panique. Les soldats se rassemblèrent à la va-vite pour former des rangs désorganisés au pied de la forteresse, et essayer tant bien que mal de la défendre. A nouveau, ils étaient moins nombreux. La peur et la fébrilité pouvait se lire sur leurs visages.


Les forces du cousin se concertèrent brièvement, puis firent charger 3 000 mercenaires. Ces derniers foncèrent à tout allure vers la forteresse. Ces barbares sur-entrainés s'apprêtaient à percuter de plein fouet les soldats du Prince, qui commençaient à peine à s'organiser et à tenir leur position. La rage pouvait se lire sur les visages noirs des mercenaires. La soif de combat, l'envie de tuer, le plaisir de percer la chair des autres avec les grosses épées.... Toutes ces expressions guerrières furent rapidement remplacées par des haussements de sourcils.

En pleine charge, alors qu'ils arrivaient à quelques mètres des rangs de soldats du Prince, le sol se déroba subitement sous leurs pieds, et les premières lignes de mercenaires tombèrent dans une tranchée de plusieurs mètres de profondeur...
Ceci créa une grande désorganisation chez les mercenaires. Certains s'étaient arrêté juste au pied de la tranchée... d'autres voulant absoluement charger les bousculaient t au final, ils tombaient tous deux dans le trou. D'autres mercenaires se faisaient piétinier en voulant rebrousser chemin.
Pendant ce temps, les soldats du Prince, bien préparés, abandonnèrent leur expression fébrile, et se placèrent méthodiquement de leur coté de la tranchée. Certains étaient en charge de massacrer les mercenaires tombés dans la tranchée et qui tentaient de remonter tant bien que mal. D'autres, armés de lances, empalaient quiconque tentait de franchir la tranchée en sautant. Enfin, Deyab et ses 100 archers tiraient sans relâche depuis la muraille de la forteresse sur cette marée humaine qui diminuait à vue d'oeil.
Très rapidement, les mercenaires ayant survécu décidèrent d'un commun accord de fuir à tout jambe, voyant qu'ils ne pouvaient rien espérer de cette situation.


Une fois toute vie annihilée aux abords de la tranchée, les soldats du Prince apportèrent ensuite des planches de bois clouées ensemble pour faire office de pont de fortune, et ils traversèrent la tranchée meurtrière.

Ils se regroupèrent de l'autre coté, et reformèrent les rangs quelques mètres plus loin. Ce premier affrontement fut un massacre. Maintenant que l'effet de surprise était passé, il allait falloir s'attendre à un vrai combat.


Dans les rangs du cousin régnait une certaine agitation. Ils n'étaient pas préparés à ça. Cependant, à présent la situation était plus claire, et ils étaient toujours en supériorité numérique. Le cousin ordonna donc la charge de ses 5 000 mercenaires des royaumes noirs.

Les soldats du Prince durent faire preuve de courage pour rester en position face à une telle démonstration de violence et de sauvagerie. Le combat qui était imminent, et il s'annonçait sanglant.

Les barbares couraient.... couraient... et ils percutèrent les rangs des soldats du Prince, sonnant le début du massacre. Les premières secondes de la bataille furent brutales, mais au milieu des bruits d'épées qui s'entrechoquent et des cris de douleur, le son de plusieurs cornes de brume retenti.

Aussitôt, des flammes commencèrent à apparaitre sous les pieds des premières lignes de l'armée barbare. Certains d'entre eux commencèrent à brûler et à paniquer, d'autre se stoppèrent net, ne comprenaient pas ce qu'il leur arrivait. Bientôt, une véritable ligne de flamme avait coupé l'armée barbare en deux. Puis au milieu des flammes, des bruits sourds, des craquements, et boum, le sol s'effondra sous les pieds des mercenaires pour laisser place à une seconde tranchée. Et la situation précédente se répéta, mais cette fois en pire. L'odeur de corps humain calciné était omniprésnte. La fumée provoquée par ces incinérations génait la visibilité des barbares. Ces pauvres hommes étaient complétement désorientés et hébété. La plupart d'entre eux ne parvenaient pas à comprendre ce qu'ils leurs arrivaient. Se battre, ça oui ils savaient. Mais qu'étaient-ce donc que tout ceci ?

Les soldats du prince, eux, ne pensaient qu'à cet instant depuis deux semaines. Méthodiquement, ils massacraient les barbares tombés dans la tranchée et ceux qui tentaient de sauter par dessus. Rapidement, la tranchée fut remplie de cadavres de mercenaires, créant ainsi des ponts faits de chair humaine.
Les soldats du Prince taillaient dans la masse, tandis que les barbares ne parvenaient ni à se battre, ni à fuir.
Au final, 4 500 d'entre eux succombèrent, tandis que seulement 300 soldats du Prince tombèrent lors de cette bataille.


Suite à ce massacre, le cousin fut contraint de battre en retraite, accompagné des 2000 soldats de son armée personnelle. Le camp du prince, après concertation, décida de ne pas attaquer, et de rester sur une victoire écrasante pour aujourd'hui. En effet, à présent, ils n'avaient plus de carte surprise dans leur sac, et aller combattre directement les troupes du Cousin les exposaient à des risques: les rhinoceros n'étaient forcement pas loin.

Il fut donc décidé de rentrer au campement, et d'attendre. Les soldats du Prince laissèrent éclater leur joie. Ils acclamèrent leur général, qui les avait commandé d'une main de maitre... et ils scandèrent le nom du capitaine qui leur avait fait remporter cette victoire.... Deyab... Deyab.... Deyab....

Le capitaine avait du mal à réaliser l'ampleur de la bataille qui venait d'avoir lieu.... Son plan avait marché!? Mais que ce serait-il passé si elle avait eu tord ? Que se serait-il passé si le cousin n'avait pas mordu à l'hameçon ? Ce n'était pas le moment d'y penser... la victoire, elle, était bien là... Et ce nom qui était crié... c'était bien le sien. Ce cœur qui bat a 100 à l'heure, ces mains qui deviennent moites, ces sous-vêtements qui deviennent anormalement humides.... était-ce donc cela la gloire ? Une chose est sure, Deyab a aimé ça, et même si elle restait humble, elle ne voulait pas que cela s'arrête.




Le cousin, quant à lui, a établi son campement à un kilomètre de la. Cette fois, pour sur, il doute de lui, peut être pour la première fois depuis des années.
La guerre n'est pas encore gagnée, et le cousin dispose encore d'une armée conséquente, malgré le génocide perpétré aujourd'hui. Cependant... même si la guerre n'était pas terminée.. la guerre psychologique, elle, était sur le point de l'être. C'est officiel, le cousin est en train de déguster la puissance de l'ascendant psychologique..... et pour lui, elle a sacrément mauvais gout.



_________________
La classe... si, si......


Dernière édition par Deyab le Ven 5 Mar à 5:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 5:20

Et voila, c'est pas hyper bien écrit, mais bon c'est un peu du "premier jet".

A vos commentaires et à vos questions !

PS : Bonus xp ? Rolling Eyes

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 13:14

premièrement faut avouer que le plan c'est la classe. Bon même si ya peut être eu un facteur hasardeux ou chanceux, c'est quand même bien la classe.

Sinon c'est bien de répandre la technique de l'ascendant psychologique, notre guilde s'en trouve grandit à chaque fois.

Par contre une question: vous avez des idées du nom du sponsor du Cousin, car là c'est assez énorme ses dépenses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 13:19

Et bien il est lié à la guilde des 2 gorilles donc il doit gagner pas mal d'or de ce coté la.

Après, beaucoup de ses mercenaires viennent des royaumes noirs, donc il a peut être des contacts la bas qu'on ne connait pas.

Mais sinon non, on ne sait pas vraiment d'où vient tout cet or... mais on sait que la guerre commence à durer un peu trop longtemps, et que ses caisses commencent à se vider.

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 14:49

avec toutes les infos que tu as, tu penses qu'il y a combien de % pour que vous gagnez la guerre maintenant, et que tu deviennes dans un même temps un héros?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 5 Mar à 15:54

Ben j'ai pas assez d'infos pour donner une estimation. Je connais pas les forces qu'il reste au cousin. Je sais pas si après ça, on est toujours en sous-nombre ou pas.

Ce qui est sur c'est que maintenant on a l'ascendant psychologique, et que du coup ça va rebooster le Prince. Et puis bon il a du perdre dans les 6000 mercenaires, c'est énorme quand même.

Je pourrais pas donner de %, mais la en tout cas je pense qu'il y a moyen de gagner (alors que y'a 2 jours personne ne donnait pas cher de notre peau)

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Lun 8 Mar à 1:27

c vraiment une bonne chose que vous fassiez ces récits, y aura des xp ca c sur lol

pour la guerre ca dépend de certaines choses, déja si l'armée noire participe du coté du cousin ou pas, et ca ca change bcp, parce ke ca sera pas la meme avec le général de l'armée noire

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Jeu 18 Mar à 1:23

Ultime chapitre : la fin


Quelques jours passèrent après la bataille meurtrière qui avait causé la mort de tous les mercenaires du cousin.

La guerre avait couté tellement d'or et d'homme aux deux camps qu'a présent, continuer les combats serait du suicide. En effet, le vainqueur serait tellement affaibli, endetté et desarmé que le pays serait à la merci de tous ses voisins, des pirates, des brigands, etc... et que tout partirait en couille.

L'heure était donc à des plans pour "limiter la casse" et mettre un terme à cette guerre le plus vite possible, en gardant le plus d'hommes en vie possible.

Une réunion secrète fut donc organisée entre le cousin et le prince, pour tenter de trouver un accord et des termes de reddition qui pourraient convenir au cousin. Cette réunion secrète eu lieu en pleine nuit, dans une vallée isolée et boisée. Chacun des deux chefs de guerre était accompagné de son état major et de ses plus fidèles hommes: un groupe d'environ 20 guerriers chacun.

Et ainsi, les discussions commencèrent... et les négociations durèrent plus d'une demi heure... jusqu'au moment ou une cavalerie légère surgit de derrière le cousin... et fonça droit sur le prince, qui, surpris, commença à tenter de fuir. La fellonie du cousin était donc une nouvelle fois revelée au grand jour, et le Prince était sur le point de se faire massacrer lâchement.


Deyab, qui observait la scène depuis les bois, savait qu'il était temps d'agir. La situation était critique, car elle savait que cette cavalerie n'était que le début. Sa petite armée d'élite était en effet cachée dans les bois... mais ils n'étaient pas seuls... L'armée noire allait être de la partie, ils étaient la, ils le savaient. Deyab se demanda ce que pouvaient ses 100 hommes face à une armée de 2000 guerriers sur-entrainés.... Mais elle n'avait plus le temps de réfléchir à ce genre de futilité: le Prince avait besoin d'elle.


Deyab surgit donc des bois avec 50 de ses hommes et arriva sur le flanc de la charge de cavalerie légère au moment ou elle allait atteindre le prince. Sur l'autre flanc, Jacky Kikette menait d'une main de fer les 50 autres archers de Deyab. La cavalerie fut surprise, et les flèches bien placées affaiblirent la charge, permettant au Prince de survivre.


Pendant le même temps, deux événements se produisirent: une bonne, et une mauvaise nouvelle.
Du coté du prince, à l'horizon, une cavalerie du Prince arrivait au galop pour lui porter assistance et pour contrer la cavalerie de cousin.
Du coté du cousin, 300 de ses meilleurs épéistes fonçaient droit vers la bataille.


Les combats firent alors rage de toute part. Les cavaleries s'affrontaient entre eux, les états majors également, et Deyab pu réceptionner comme il se doit la charge des 300 épéistes. Grâce à la discipline et a la psychologie qu'elle avait inculqué à ses soldats, Deyab, son sifflet à la bouche, su comme à son habitude organiser ses hommes pour faire le grand ménage.

La plupart des épéistes étaient percés de toute part avant d'arriver au corps à corps. Et ceux qui y arrivaient rencontraient de solides défenseurs....
Et inéluctablement, quelques secondes plus tard, ces solides défenseurs se baissaient, se poussaient, se reculaient méthodiquement tels des machines programmées ainsi, et en un parfait synchronisme, laissaient le champ libre à des archers situés derrière eux. A chaque coup de sifflet, toutes les quelques secondes, une rangée d'épéistes tombaient au sols, terrassés sans avoir le temps de comprendre comment.


Les combat continuèrent, et tournèrent à l'avantage du Prince.
Le cousin, forcé de prendre la fuite, fut rattrapé par un groupe de cavaliers du Prince et fut décapité.

La tête du tyran toucha le sol... la guerre était finie.



L'armée noire, quant à elle, était bien la, avec ses 2000 soldats d'élite, mais elle n'est pas intervenue, pour une raison encore inconnue....
Certainement quelqu'un.. ou quelque chose était au dessus de tout ça.



Quoi qu'il en soit, il était temps de célébrer. Et même si Deyab avait le moral dans les chaussettes pour une raison que seul quelques privilégiés connaissent.... Elle su profiter des clameurs de la foule et du luxe des banquets qui attendaient le retour victorieux du Prince.

Deyab pouvait maintenant se faire appeler Général. Ce titre marquait la fin d'une guerre ... La fin d'une époque... Mais le début de beaucoup d'autres aventures.

Qu'étaient devenus les rhinocéros montés ? Qui a fourni au cousin cette quantité astronomique d'or ? Pourquoi les pyramides ne sont pas rectangulaires ?

De nombreuses questions restaient sans réponse... Et Deyab avaient bien l'intention de les trouver.


_________________
La classe... si, si......


Dernière édition par Deyab le Jeu 18 Mar à 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Jeu 18 Mar à 1:31

Citation :
Et ainsi, les discussions commencèrent... et les négociations durèrent plus d'une demi heure... jusqu'au moment ou une cavalerie légère surgit de derrière le cousin... et fonça droit sur le prince, qui, surpris, commença à tenter de fuir. La fellonie du cousin était donc une nouvelle fois revelée au grand jour, et le Prince était sur le point de se faire massacrer lâchement.
Personne l'avait senti le coup de pute du cousin?

Citation :
L'armée noire, quant à elle, était bien la, avec ses 2000 soldats d'élite, mais elle n'est pas intervenue, pour une raison encore inconnue....
Certainement quelqu'un.. ou quelque chose était au dessus de tout ça.
C'est Yvain qui nous piste et qui s'amuse.
Et son plus grand rival (pour qui travaillait le cousin), s'appelle Gauvain.
Et eux 2 se mettent sur la gueule à 10 échelons au dessus de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Jeu 18 Mar à 1:57

Paella a écrit:

Personne l'avait senti le coup de pute du cousin?

Ben si, sinon je serais pas en back-up dans la forêt !

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Jeu 18 Mar à 23:38

sympa le récit

par contre, nico, comme pierre tente de se faire passer pour le mec kavai tout prévu, je spécifie que c bien le prince ki avait sentit le coup de pute et avait orodnné a deyab de se planquer avec ses archers a cet endroit le plus discretement possible

sunny

mais quand bien meme, pierre a su etre efficace

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Jeu 18 Mar à 23:41

Non mais moi j'avais rien prévu, d'ailleurs je savais même pas pourquoi j'étais caché dans ses bois à la base.....

Et si j'avais su être efficace ça se serait passé différemment ! pig

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   Ven 19 Mar à 1:18

okey

moi sinon j'ai pas de récit à faire, trop court, la bataille avec Tete de Serpent a tourné court.

Le mec je l'ai regardé, il a compris de suite mon ascendant psychologique. Du coup il a laissé les bateaux de Jacques Coeur.

Sinon en vrai je me suis arraché les poils de cul pour ça, j'espère qu'il y aura un retour intéressant de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le tournant de la guerre du Zingara ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le tournant de la guerre du Zingara ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» Chariot de guerre
» WAB Guerre de 100 ans, Règles spéciales et listes d'armées
» La permière Guerre d'Armageddon. (Partie 3 posté!)
» Petites histoires de sous marins de la 2 nd guerre mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire déchiré :: Récits :: Histoire-
Sauter vers: