L'Empire déchiré

Un jeu de rôle basé sur le concept de Warhammer dans un univers modifié et largement complété.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 "Je vais te raconter l'histoire d'un drow"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bran Mc Braid
Puissant guerrier
Puissant guerrier
avatar

Nombre de messages : 150
Age : 30
Localisation : Nice
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: "Je vais te raconter l'histoire d'un drow"   Jeu 17 Aoû à 20:11

« Je vais donc te raconter l’histoire d’un elfe drow. Son peuple étant considéré comme la plus grande plaie de ce monde après le chaos. Chacun d’entre nous est chassé, traqué comme de vulgaires animaux, nous sommes tué à vu par n’importe quelle race qui vit dans ce monde si nous avons le malheur de nous montrer. Ces peuples faible veulent nous tuer seulement parce qu’ils ont peur de nous, n’est pas pathétique… Mais j’arrive tout de même à concevoir leur détresse, le plus dur n’est pas d’affronter des armées ou de partir en guerre, mais d’apprendre la vérité. Ce rendre compte de la petitesse de son peuple, et lever les yeux puis s’incliner devant la toute puissance face à eux. N’y a-t-il rien de plus lâche que de refuser son destin, les faibles doivent laisser leur place aux plus forts. Ceci étant, notre souveraine, notre Menach’k est tombé…nous laissant seul…les dieux n’étaient pas avec nous ce jour là… (D’un ton triste et dit lentement).
Mon père à commencer à se battre lorsque notre Menach’k a unifié le peuple, elle nous donner confiance, et il s’est battu en tant que simple guerrier et était près à mourir pour elle. Ma mère par contre reçu depuis toute petite un enseignement de magicienne, pendant la confrontation avec les atoziens, elle revint gravement blessé, mais fut tué par la suite lorsque notre Menach’k est m…est partie rejoindre les dieux, notre peuple se sentait perdu et les atoziens on essayait de nous massacrer jusqu’au dernier, mais la vaillance des drows les a repoussé jusqu'à la surface.

Lorsque je suis né l’influence de notre Menach’k se faisait déjà sentir, pour contribuer à cette cohésion, les parents des nouveaux nés désignait un autre nouveau né en disant : «Se sera ton ami ». C’est comme cela que j’eu un ami que je n’avait pas choisi. Malgré tout on s’entendait très bien. Son père était un général de l’armée, et sa mère était une démone-lame de la garde personnelle de notre Menach’k. Rien qu’en la regardant j’avais des frissons. Mon « ami », Jé’féch’cachka, était plutôt comme un frère. Ces parents aussi puissants qu’ils étaient lui apprenaient les rudiments du combat, je voulu faire de même avec les miens mais refusèrent :
« Notre force de combat n’est pas comparable à celle de ces parents, si tu te battait avec ton ami il t’écraserait. Ce que tu aurais de mieux à faire c’est de se mettre à son service comme domestique une fois qu’il sera lui-même général. ». Ces paroles me blessèrent, même si aucune méchanceté ne se lisait dans la voie de ma mère, elle me dit sans doute cela car c’était la seule chose que je pouvais faire de mieux. J’alla voir mon ami et lui proposa donc mes services futurs. Il fut très surpris, et me dit que moi aussi je pouvais combattre, et que si mes parents refusaient de m’apprendre lui le ferait. J’appris donc les bases du combat, et à léviter.
La bataille avec les atoziens était imminente, mes parents se préparaient, mon ami, ces parents, tout le monde. Je voulu participé aussi à cette bataille pour sauver mon peuple mais aussi pour prouver à mes parents que j’en étais capable. Mes parents me dirent que j’étais fou, ce n’étais pas un jeu et que je mourrais en quelques minutes, même mon ami me disait que je n’était pas assez entraîné, je faisais face à mon impuissance et je parti me caché… Jé’féch’cachka lui parti à la guerre, ses parents même le poussé à y participé. La bataille avait sans doute commencé, mais d’où j’était je n’entendait rien. Je ne sais combien de temps s’écoulait mais ça me parut être des heures. Jusqu’au moment ou de puissant cri de guerre et d’autres cris de détresse chez les drows retentirent, mon sang se glaça, j’aurais voulu sortir tout de suite pour savoir se qu’il se passait. Quelques heures après ce qu’il restait de l’armée drow venait se réfugier dans le fin fond de la ville, contre les parois même de l’immense grotte, elle tenait les atoziens à distance pendant plusieurs jours, puis ils partirent.

Le calme était revenu, je ne savais même pas si mes parents étaient encore vivant, tout le monde se cherché. Il y avait des centaines de cadavres empilé vers l’entré de ce qu’était la petite cité assiégé par les atoziens, les cadavres étaient classé par ordre, ce qui facilité les recherche des familles. Chez les guerriers je ne trouvé pas mon père, ni Jé’féch’cachka, chez les magicienne se trouvé néanmoins ma mère… Ma mère était froide et autoritaire, comment aurait-elle pu se faire tuer aussi facilement. Une magicienne m’interpella : « je suis désoler, elle t’a chercher partout pour savoir si tu était vivant, puis elle fut rappelé au front…elle m’a demandé de te chercher et de te dire que même si tu n’était pas une guerrier comme ton père et elle-même, elle était fière de toi et de tes ambitions. ». J’entendis à peine la fin de ce qu’elle me dit, je n’arrivait pas non plus à pleurer, car tout n’était qu’horreur autour de moi, chaque fois que je voulu m’effondrer j’avais une nouvelle vision de la mort face a moi, j’étais juste figé les yeux grand ouvert. J’entendais inconsciemment que quelqu’un crié mon nom dans cette foule, mais j’étais déconnecté de tout ce que je pouvais entendre tellement j’étais sous le choc. Ce n’est que lorsque mon père me secoua que je repris conscience. Il était donc en vie…il me serra fort contre lui…il m’aimait alors…et ma mère aussi…c’est alors que je me mis à pleurer. Le lendemain je cherché partout mon ami, mon frère. Parmi les cadavres à l’intérieure de la cité je n’aperçu que ses parents, je craignait alors le pire. Je me décidais à sortir pour aller voir sur le champ de bataille comme la plupart des familles. Une fois sur place ce fut à nouveau un choc, des centaines de milliers de cadavres, comment retrouver quelqu’un ici…De nombreuses famille me dirent avoir vu Jé’féch’cachka un peut à l’écart du champ de bataille avec 2 cadavres atoziens. Je me rendis sur place, et c’était bien son corps…je tombais à genou et perdis conscience pendant quelques minutes. Les larmes coulaient à flots. J’aperçu à un des ces poignés un bout de tissu attaché comme un bracelet ou il semblait y avoir des inscriptions. Je le détachais et l’amenais à la magicienne qui connaissait ma mère. Elle me lu se qu’il y avait marqué :


A l’heure où quelqu’un lit cette lettre je ne serais sans doute plus qu’un souvenir. En espérant que se soit toi, mon ami, mon frère, qui lise cette lettre. Je suis désolé de te laisser seul, sache en tout cas que je ne voulais pas faire cette guerre, j’avais peur, mais je ne voulais pas décevoir mes parents. Le plus courageux de nous deux c’est bien toi Ishtar, tu voulais te porter volontaire malgré les risques, je t’admire, j’aurais voulu être comme toi. Ne baisse pas les bras et montre au monde entier ce que sont les drows. Je serais toujours avec toi, mon âme repose dans la statuette à l’intérieure de mes habits sous mon armure.Je ne connais l'issu de la bataille, mais si notre Menach’k tombe, lorsque je la verrais la haut, je lui dirais que des drows comme toi existe.
Il y a un rêve que j’ai toujours eu et que je n’ai jamais pu réaliser. J’ai toujours voulu voir ce qu’il appelle la pluie à la surface, l’eau qui tombe du ciel, l’eau qui tombe d’en haut.
Sentir l’eau ruisseler sur ton corps, la fraîcheur de l’humidité dans l’air, les couleurs changent, les odeurs changent, la vie change. Il parait même que certains de nos semblable à la peau bleuté peuvent faire pleuvoir et apporter la paix le temps d’un instant. J’aurais tellement aimer les rencontrer.

Adieu mon ami, mon frère.


J’en voulais tellement à ses parents, mais ils étaient déjà mort. Cette lettre me rendait triste mais me donner énormément de courage à la fois. Je retournais voir le cadavre et le fouillais. Je découvris une statuette d’un ours de presque 20cm, il y avait gravé Ursha. Je compris desuite ce qu’était cette statuette et je la gardais précieusement. Sur les paroles de mon ami, je jurais de montrer au monde entier la valeur des drows. Je n’étais pas près, petit à petit je préparé mes affaires et me renseigné sur la surface. Un jour ou je me senti prêt je parti sans rien dire à personne, ni même mon père et jurais de ne revenir que quand je serais puissant, pour lui prouvais ma valeur.

Une fois à la surface j’affronter la cruauté des autres races envers les drows. Je fus capturé et mis dans une arène de combat. Je m’aperçu que certains humains et autres étaient assez fort. Je pus rester en vie et m’échapper avec l’aide d’un semi-orc. Par la suite je fus de nouveau capturé et torturé lors d’un assassinat, du à mon manque d’expérience. A partir de ce jour je me méfier plus des humains. Arriva le jour où je dus sauver ce monde, ce monde qui n’hésiterait pas à me tuer…j’avais du mal à comprendre. J’ai voyagé, j’ai combattu, j’ai souffert au coté d’elfes, de sriius…on était presque des compagnons. Puis le moment de la bataille fatidique arriva, presque un millier de guerriers, toutes races confondus, qui avaient tous l’air aussi fort les uns que les autres, ils étaient tous là réuni au palais des dieux, même moi l’elfe drow perdais un peu confiance en moi. Le chaos se déchaîna, tout le monde se battait cote à cote tout le monde soigné tout le monde, et tout le monde s’aidé, peut importe que tu sois nain, elfe, sriiu, atozien ou humain, on formé une même équipe. Je commençais à me poser la question sur la futilité des guerres entres peuples. Je me disais que dans l’extrême, le seul ennemi pour toute les races de ce monde était le chaos, le mal absolu. Je me battais jusqu’aux frontières de la mort, je rampais pour me faire soigner et j’y retournais…A la vision de Farah je tombais par terre comme si j’étais mort, lâchant mes armes. Puis je vis un homme, un…un héros…une légende, qui alla l’affronter. Cette homme qui n’était qu’un atozien était prêt à ce sacrifier pour sauver se monde. Il vaincu le Seigneur du chaos et tomba à terre, j’aurais voulu me lever et tout massacrer sur mon passage, mais j’était incapable de bouger.
Quelques secondes après se fut un nouveau choc pour moi, je voyais passer juste devant moi un Dieu en armure blanche étincelante, puis il disparu. Je n’arrivais plus à respirer, ni à fermer les yeux, lorsque que je me lever je faisais quelques pas maladroit pour retomber deux mètres plus loin, comme si j’étais dans un état second, même les démons tremblaient…Puis tous autant qu’on était repartîmes au combat, jusqu'à la mort. Je peux te dire que depuis ce jour la, ma vision sur ce monde ainsi que sur les drow a changer, je ressens comme une prise de conscience, de la vie, la vie de chacun, mais je n’oublierais jamais mon passé.

Nous sommes ensuite resté coincé dans le palais, et cent ans sur ce monde s’est écoulés. Je ne puis oublié tout ce que j’ai vécu avec mes compagnons, Lowaden, Yuwi'r'inayé'yin et Dashirekh, ils ont gagné mon respect. L’elfe Lowaden avant même notre mission contre le chaos avait tout perdu, ses terres, ses hommes, son statu, son honneur. C’est pourquoi nous l’avons aidé à retrouver tout ceci en le faisant participer à ce tournoi. Il fut reconnu et regagna sa place. Je t’ai aussi délivré Kalémine, je n’ai aucune pitié à voir des esclaves enchaînés les uns aux autres, mais c’est de voir qu’ils ne peuvent même pas se battre et défendre l’honneur de leur race qui me révolte. Je n’avais pas assez de sous pour délivrer tout le monde, je ne sais pas vraiment pourquoi c’est toi que j’ai choisi mise à part pour ta beauté, mais en me remémorant mon passé je pense avoir une idée. Je souhaiterais alors montrer à Ursha toi et tes semblables faire naître la paix le temps d’un instant, à partir d’aujourd’hui Ursha est ton protecteur. Ceci étant j’ai une armée à réunir…hahahaha (rire légèrement vicieux). »




Ishtar’cha’sihitch à Kalémine.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 2299
Localisation : lyon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: ah   Dim 27 Aoû à 19:34

superbe, j'aime vraiment beaucoup
longue vie à ton perso lol cheers

_________________
MJ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mateusz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: "Je vais te raconter l'histoire d'un drow"   Lun 28 Aoû à 1:58

la classe, j'avoue

_________________
La classe... si, si......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belian
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 622
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: "Je vais te raconter l'histoire d'un drow"   Mar 19 Fév à 3:21

Maxime t'es blasant avec tes dessins Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhilarasan
Général des armées
Général des armées
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: "Je vais te raconter l'histoire d'un drow"   Ven 8 Jan à 15:41

sans exagérer, l'histoire et le récit sont impressionnant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Je vais te raconter l'histoire d'un drow"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Je vais te raconter l'histoire d'un drow"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Laissez-moi vous raconter une histoire..."
» Mon histoire, celle d''un éca ordinaire.
» [Hunter Ravage] / L'histoire de deux frères chasseurs
» ["Une bonne histoire pour Béorn"] Balin-Oin-Bifur
» Quand les "professionnels" du jeux video refont l'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire déchiré :: Récits :: Historique-
Sauter vers: